lundi 22 juillet 2013

La peur est-elle vraiment un choix ?


"Comprends-moi bien Kitai. Le danger est bien réel, mais la peur est un choix."

Cypher (Will Smith) aurait presque pu ajouter "petit scarabée" en prononçant cette phrase dans le film After Earth.

La peur est un thème central dans ce film où les aliens que l'humanité affronte sont aveugles. Pour repérer leurs cibles, ils détectent les phéromones que nous relâchons lorsque nous avons peur.

D'où l'importance de maîtriser cette émotion. Pour combattre les aliens, les êtres humains apprennent la pratique de l'effacement. Ils s'entraînent à ne plus ressentir aucune peur face à l'ennemi, pour se rendre indétectables.

Certains ont accusé le film de faire la propagande de la secte de scientologie, entre autres raisons parce que vaincre sa peur semble être l'un des thèmes centraux de la dianétique, la "philosophie" de cette organisation.
Je ne souhaite pas ici rentrer dans ce débat, du moins pas directement. 

Peut-on se débarrasser de sa peur ?

Nous avons déjà vu dans un article précédent quelques méthodes pour vaincre son anxiété. Ces méthodes, et d'autres, sont très efficaces pour se débarrasser des peurs qui nous empoisonnent la vie. Si bien qu'aujourd'hui la psychothérapie des phobies, TOC, attaques de panique, trouble anxieux généralisé, timidité, confiance en soi, etc. (en fait, tout ce qui tourne autour de l'anxiété) montre un taux de réussite de près de 90% (chiffres donnés à la louche d'après mon expérience en tant que psychologue en cabinet).
Donc quelque part oui, la peur est un choix puisque nous avons toutes les techniques à disposition pour en venir à bout. Il "suffit", de les appliquer.

Mais bon, ça c'est le genre de réponse qui doit vous laisser sur votre faim. C'est vrai qu'on parle là d'un choix raisonné, sur le long terme, résultant d'un entraînement reposant sur une stratégie. On est assez loin du "déclic" auquel la citation du film fait référence. Alors voyons si on peut explorer la question de façon plus poussée.
 

Zoom sur l'amygdale


Rien à voir avec les amygdales situées au fond de la bouche, que les médecins dont le scalpel démange veulent à tout prix enlever aux enfants qui ont des angines. Ici on parlera de l'amygdale située dans le cerveau.
Sur ce schéma vous pouvez voir où se situent les deux structures de l'amygdale. Personnellement je me sens plus intelligent maintenant que je le sais.
Pourquoi j'en parle ? Parce que si vous avez cliqué sur le lien ci-dessus, vous aurez lu sur Wilipédia que "la fonction essentielle de l'amygdale est de décoder les stimuli qui pourraient être menaçants pour l'organisme."

En gros, cette structure cérébrale analyse les signaux visuels, auditifs, etc. mais également les pensées qui nous passent par la tête. Et si elle identifie un danger, elle déclenche l'émotion de peur.

Le problème, c'est que cette action est automatique. Il est totalement impossible de contrôler directement ce qui se passe dans l'amygdale. Contrairement à la conscience, à l'attention ou au raisonnement logique, que l'on peut orienter par l'action de notre volonté, on ne peut pas choisir de ne pas avoir peur.
La seule possibilité que nous avons, et c'est le principal principe de fonctionnement des techniques citées plus haut, c'est d'agir sur les signaux envoyés à l'amygdale.
Si nous lui envoyons l'information qu'il n'y a pas de danger, alors elle ne déclenche pas d'émotion de peur.

En résumé, la capacité à contrôler sa peur dépend de la capacité à discipliner son mental, à le focaliser sur autre chose que sur le danger.

Petit scarabée lecteur de mon blog !
Oui, c'est à toi que je m'adresse. Je t'ai enseigné les secrets de l'émotion de peur, mais tu n'es qu'au tout début du long apprentissage qui te mènera vers la voie de la sagesse. Souviens-toi que seul le véritable sage peut entendre le bruit de son ombre derrière le mur. En attendant, tu dois parfaire ton entraînement. Et pour cela, il n'y a qu'une seule solution, t'abonner à ma newsletter en inscrivant ton adresse e-mail dans le formulaire ci-dessous :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire