vendredi 3 juillet 2015

Est-ce que les zombies ça existe ?


Une invasion zombie due à un virus mutant est-elle possible ? Pas vraiment. Pourtant, les zombies pourraient bel et bien exister.

Le 27 juin 2015, à Grenoble, c'était le jour de la zombie walk. Ce qui m'amène tout naturellement à creuser un sujet qui, j'en suis persuadé, vous chatouille le cortex : est-ce que les zombies existent vraiment ?

Le 26 mai 2012, à Miami, un homme de 31 ans s'est attaqué à un SDF en lui dévorant le visage sous les yeux des passants. Un témoin raconte que l'homme était littéralement en train de le déchirer en morceaux avec ses dents.
Lorsqu'un officier de police lui a ordonné d'arrêter, l'homme s'est retourné vers lui, un morceau de chair pendant de sa bouche, et s'est contenté de grogner avant de se remettre à mastiquer sa victime.
La police a finalement dû faire feu pour l'arrêter, mais l'agresseur semblait ignorer la douleur et continuait de lacérer sa victime. Plusieurs balles ont été nécessaires pour l'abattre.

Plus tard, il a été découvert que ce zombie cannibale était en réalité sous l'influence d'une drogue dérivée du LSD. Il ne s'agissait donc pas des prémices d'une épidémie zombie due à un virus mutant.

Ce genre d'épidémie a été envisagée dans un documentaire diffusé sur la chaîne National Geographic intitulé La vérité sur les zombies. Pour qu'une invasion zombie se produise, il faudrait qu'un virus tel que la rage mute au contact d'un autre virus comme celui de la grippe. Mais même si cela se produisait, le résultat serait quand-même très loin de ressembler à ce qu'on peut voir au cinéma.

Une invasion de zombies telle qu'on l'imagine est totalement impossible. Et ça tombe bien parce que ce n'est pas de ça dont je veux parler.
 

L'ethnopsychiatrie

A la jonction de l'anthropologie et de la psychologie clinique, on trouve un domaine de recherche qu'on appelle l'ethnopsychiatrie.
Cette discipline part du principe que les "maladies mentales" ne sont pas universelles et qu'elles varient d'une culture à l'autre et d'une époque à l'autre.
En effet, il existe tout un tas de troubles psychiques qui n'existent pas dans notre culture occidentale. Par exemple, en Asie il existe un syndrome qu'on appelle le koro. Les hommes qui souffrent du koro éprouvent une peur panique parce qu'ils sont convaincus que leur pénis est en train de se rétracter dans leur abdomen et de disparaître.
 
Le zombie pourrait être envisagé comme un autre exemple de ces troubles psychiques qui n'existent pas dans nos contrées.

Les origines du zombie

Le zombie trouve ses origines dans la culture haïtienne et plus précisément dans la religion vaudou.
Dans cette religion, il existe une croyance selon laquelle les sorciers peuvent transformer les gens en zombie en leur faisant ingérer un poison préparé à base de poisson globe. Ce poison ferait d'abord mourir la personne. Puis, une fois le cadavre enterré, le sorcier viendrait le réveiller. Le corps sans âme, le zombie, dépouillé de volonté ou de conscience, deviendrait alors l'esclave du sorcier.

Présenté comme ça, ça a l'air incroyable. Mais le truc, c'est que contrairement aux croyances religieuses habituelles, genre Jésus qui marche sur l'eau, il est possible de croiser de tels zombies à Haïti. En fait, il y aurait environ 1 000 nouveaux cas de zombification par an à Haïti. Des gens au regard vague, aux mouvements lents et maladroits, qui semblent errer sans but dans les rues et qui n'arrivent plus à parler.
Mais ces zombies là ne sont pas dangereux. Les haïtiens ont plus peur d'être transformés en zombie que d'en croiser un.

En 1997, deux chercheurs - Roland Littlewood et Chavannes Douyon - se sont penchés sur le sujet et ont notamment étudié trois cas de zombies. Pour ces chercheurs, ça ne fait aucun doute : les zombies d'Haïti souffrent en réalité de troubles psychiatriques ou neurologiques.
 

Conclusion

Revenons-en à la question de départ : est-ce que les zombies existent ? Désolé de vous décevoir, je sais que vous en rêviez tous mais une invasion zombie due à un virus mutant est impossible. En même temps l'être humain n'a pas besoin de se transformer en zombie pour se comporter avec barbarie. :/

Par contre, si on parle des zombies originels de la religion vaudou, alors oui ça existe. Mais rien à voir avec la magie, il s'agit plutôt d'une forme de trouble mental.

Sources

photo : Gianluca Ramalho Misiti – Zombie Walk 2012 - SP

vendredi 26 juin 2015

Les hommes ont-ils vraiment un meilleur sens de l'orientation ?


Dans ma dernière vidéo j'avais promis de vous expliquer comment on se débarrasse de la déprime et de la dépression, mais le mois de juin est le mois des animations liées aux zombies et je viens tout juste de participer à l'événement Zomb'in the dark de Lyon au parc Lacroix-Laval : une course d'orientation qui (1) se passe la nuit et où (2)on est poursuivis par des zombies.
 
Pour s'en sortir vivants, il fallait courir vite. Mais il fallait aussi savoir s'orienter. Je me suis dit que c'était l'occasion de tester si l'idée selon laquelle les hommes ont un meilleur sens de l'orientation que les femmes était juste ou non.
 
Même si les cerveaux des hommes et des femmes sont globalement identiques, il existe quand-même de légères différences. Par exemple, le cerveau des hommes comporte en moyenne 16% de neurones en plus que celui des femmes.
Alors bien évidemment, ça ne veut pas dire que les hommes sont plus intelligents. On sait tous à quoi ils servent ces neurones en plus...
 
Au niveau psychologique, de nombreuses recherches montrent que les femmes et les hommes ont chacun leurs points forts. 
Les femmes :
  • ont un bien meilleur sens de l'observation.
  • elles sont aussi bien meilleures en ce qui concerne la mémorisation de listes de mots.
  • Elles sont également meilleures au niveau de la motricité fine, c'est à dire pour effectuer des mouvements qui nécessitent de la précision.
  • Enfin, elles sont aussi meilleures en calcul mental.
En revanche, les hommes sont meilleurs pour : 
  • lancer des projectiles avec précision, ou encore pour les intercepter.
  • Ils sont meilleurs en raisonnement mathématique.
  • Et ils sont meilleurs pour tout ce qui concerne la perception et le raisonnement dans l'espace.
Si l'on se base sur ces résultats, il est logique de supposer que les hommes ont un meilleur sens de l'orientation que les femmes. Mais les différentes recherches menées sur le sujet montrent des résultats contradictoires. Certaines suggèrent que les hommes ont en effet un meilleur sens de l'orientation.
Mais une recherche menée en situation réelle - c'est à dire une situation où les hommes et femmes sujets de l'expérience devaient réellement trouver leur chemin - par Bosco et ses collègues (2004) ne relève pas de différence en termes d'efficacité. Par contre, cette étude montre que les femmes et les hommes n'utilisent pas les mêmes stratégies pour s'orienter. En même temps, il est assez logique de supposer que chaque sexe, pour s'orienter, s'appuie sur ses propres points forts. Les hommes sur leur perception de l'espace, et les femmes sur leur capacité à observer et à mémoriser les détails.

Mais qu'est-ce qui explique cette différence ? Tout dépend du niveau d'analyse.
 

Les raisons biologiques

Si on s'intéresse au niveau hormonal, le sens de l'orientation est directement lié au niveau de testostérone.
Par exemple, une recherche menée par Hausmann et ses collègues montre que les femmes n'ont pas toujours le même sens de l'orientation. Les femmes ont un meilleur sens de l'orientation au moment de leur cycle où elles ont le plus de testostérone. Et au contraire quand elles ont le moins de testostérone c'est là que leur sens de l'orientation est le moins bon.

Certaines recherches suggèrent aussi que si l'homme a un meilleur sens de l'orientation c'est parce qu'il se repose plus sur son hémisphère droit que la femme qui, elle, utilise plus facilement ses deux hémisphères.
 

Les raisons évolutionnistes

Après, il y a un autre niveau d'explication qui est évolutionniste. Si l'homme a un sens de l’orientation plus développé que la femme ce serait à cause du mode de vie de nos ancêtres hommes des cavernes. 

L'homme, qui chassait, avait besoin de voir loin, de s'orienter, de calculer des trajectoires. Tandis que la femme n'avait pas besoin de développer ces aptitudes. Ce serait pour cette raison qu'il y aurait tant de différences entre les deux sexes au niveau du sens de l'orientation.

Mais bon, je répète ce que j'ai dit tout à l'heure : comme le suggèrait l'étude de Bosco les femmes n'ont pas forcément un sens de l'orientation moins développé que les hommes. C'est plutôt qu'elles utilisent des stratégies différentes pour s'orienter.

Et puis bon, si on compare le sens de l'orientation de l'homme même au plus nul des oiseaux migrateurs on verra que ce dernier l'écrase à plate couture. Donc y'a pas de quoi se vanter.
 

Sources


jeudi 18 juin 2015

Comment fabriquer de la dépression ?

Pourquoi se sent-on parfois déprimé(e) ? Quels sont les mécanismes psychologiques à l'origine de la dépression ? Dans cette vidéo, je vous explique les circonstances et les facteurs à réunir pour générer de la déprime.

On va parler d'un sujet pas drôle : la dépression. Mais comme je n'ai pas envie de vous plomber le moral et qu'en plus cette maladie n'est pas une fatalité, on ne va pas se lamenter sur le sort des personnes déprimées.

Selon Martin Seligman, un célèbre chercheur en psychologie, la recette de la dépression comporte deux ingrédients :
  • la rumination, qui consiste à ressasser constamment ses pensées ;
  • et le pessimisme, c'est à dire des idées négatives concernant le futur, mais également le passé et soi-même ainsi qu'un sentiment d'impuissance.
Donc en résumé, la dépression consiste à avoir des pensées négatives, et à y penser tout le temps.

Ici, on va s'intéresser au second paramètre : le pessimisme, c'est à dire aux circonstances qui font perdre aux gens tout espoir et tout sentiment de contrôle sur leur vie.
Ces circonstances, on peut les fabriquer expérimentalement, c'est à dire qu'on peut rendre volontairement des gens dépressifs dans un laboratoire. Je vais vous expliquer comment on fait.

D'abord, je vais vous parler d'une expérience réalisée sur des chiens. Personnellement, je trouve ça cruel. Je préfère de loin l'expérimentation sur les humains. Mais bon, tout le monde ne partage pas mon point de vue.


Comment rendre un chien dépressif ?

Je vais vous raconter une expérience réalisée par Martin Seligman et Steven Maier. Cette expérience s'est déroulée en deux phases, avec trois groupes de chiens.

Phase 1

Dans la première phase de l'expérience, à chaque essai un chien de chaque groupe était attaché à un harnais.
  1. Aux chiens du premier groupe, on envoyait des chocs électriques qu'ils pouvaient arrêter en appuyant sur un levier.
  2. Les chiens du deuxième groupe étaient reliés aux chiens du premier groupe de sorte qu'ils recevaient exactement les mêmes chocs électriques. La différence, c'est qu'eux n'avaient aucun moyen d'arrêter les chocs.
  3. Les chiens du groupe trois constituaient le groupe témoin. Ils ne recevaient aucun choc électrique.
Notez que les chocs électriques n'étaient pas très douloureux mais quand-même très désagréables. C'est pour ça que je disais que c'était cruel. :(

Quand les chiens du groupe 1 et du groupe 2 recevaient les chocs électriques, au départ ils s'agitaient un peu dans tous les sens à la recherche de ce qu'ils pouvaient faire pour éviter les chocs.
Les chiens du groupe 1 comprenaient assez vite qu'en appuyant sur le levier, ils pouvaient faire cesser les chocs électriques.
Par contre, les chiens du groupe 2 ne pouvaient pas faire cesser les chocs électriques et finissaient par se décourager.
Le chien du groupe 3, lui, attendait tranquillement.
 

Phase 2

Au cours de la seconde phase de l'expérience, on mettait les chiens dans une boîte séparée en deux parties par une petite barrière centrale.
A nouveau, on envoyait aux chiens des chocs électriques, qu'ils pouvaient éviter très facilement en sautant simplement au dessus de la petite barrière centrale pour se réfugier dans l'autre partie de la boîte.

Les chiens du groupe 1 n'ont eu aucun problème à éviter les chocs électriques. Dès qu'on envoyait un choc, ils sautaient au dessus de la barrière et ils étaient tranquilles.

Pareil pour les chiens du groupe 3. Même s'ils n'avaient reçu aucun choc électrique dans la première phase de l'expérience, ils ont très vite appris à sauter la petite barrière pour éviter les chocs.

Par contre, les chiens du groupe 2 n'essayaient même pas d'échapper aux chocs. Tout ce qu'ils faisaient, c'était s'allonger par terre et subir en silence.
En fait, la première phase de l'expérience avait appris aux chiens du groupe 2 qu'ils étaient complètement impuissants. C'est à dire que, quoi qu'il fassent, leurs actions n'avaient aucun effet.

Dans notre jargon de psy, on appelle ça l'impuissance apprise, ou la résignation acquise.

Notez que ce n'est pas la fréquence ou l'intensité des chocs qui déclenchaient ce sentiment d'impuissance, puisque les chiens du groupe 2 recevaient exactement les mêmes chocs que ceux du groupe 1. La seule différence, c'était le sentiment de contrôle : dans la première phase de l'expérience, les chiens du groupe 1 pouvaient arrêter les chocs électriques en appuyant sur un levier alors que les chiens du groupe 2 subissaient sans rien pouvoir faire.

Alors si on fait un parallèle avec l'être humain, ce n'est pas le nombre ou la fréquence des événements négatifs qui nous arrivent qui nous rend dépressifs et impuissants, mais plutôt le sentiment qu'on n'a aucun contrôle sur ce qui nous arrive. Et ce sentiment d'impuissance, très familier des personnes dépressives, nous conduit à baisser les bras.

C'est quand on croit que nos efforts sont inutiles qu'on devient passif.

Cette expérience réalisée sur des chiens a ensuite été répliquée sur des êtres humains. A la place des chocs électriques, on utilisait des sons très désagréables et à la place du fait de pousser un levier on utilisait la résolution de casses-tête par exemple. Et ça aboutissait au même résultat qu'avec les chiens : le découragement.

C'est bien beau tout ça, mais je suppose qu'à présent vous aimeriez savoir comment vous débarrasser de ce sentiment d'impuissance, comment faire pour se sentir mieux et arrêter d'être déprimé. C'est une question assez vaste, tellement vaste qu'elle fera l'objet d'une prochaine vidéo. Donc pour le savoir, il va falloir soit :

Inscrivez-vous à la newsletter en entrant votre adresse e-mail :

vendredi 5 juin 2015

Comment savoir si un sourire est sincère ?


Dans cette vidéo, je vous montre comment repérer si un sourire est vraiment sincère ou s'il est simulé (par hypocrisie, par politesse, pour masquer sa timidité ou une autre émotion, etc.).
 

Symétrie

La première différence entre vrai et faux sourire se situe au niveau de la symétrie.du visage. Normalement, quand une émotion est sincère, les muscles des deux côtés du visage sont actionnés de façon identique.

Alors bien sûr, les visages parfaitement symétriques, ça n'existe pas, à moins d'avoir fait de la chirurgie esthétique. La plupart des êtres humains ont un visage qui est naturellement différent d'un côté par rapport à l'autre.

Mais là on parle uniquement de l'activation des muscles. C'est à dire que dans une émotion sincère, les muscles s'activent de façon identique des deux côtés du visage.
Au contraire, dans une émotion simulée, comme un faux sourire par exemple, les muscles s'activeront pus d'un côté du visage que de l'autre. Et le sourire ne sera pas parfaitement symétrique.

Le sourire se voit dans les yeux

La deuxième différence se situe au niveau des yeux. Si un sourire est vraiment sincère, on sait que la personne sourit même si on voit seulement ses yeux. Un sourire sincère actionne les muscles autour des yeux qu'on appelle "muscles orbiculaires."

Vous n'avez peut-être jamais entendu ce mot auparavant ? En fait, quand on regarde un schéma des muscles du corps humain, c'est les deux ronds rouges autour des yeux qui font un peu flipper.

Quand un sourire est sincère, ces muscles s'activent et ça produit :
  1. une remontée des pommettes ;
  2. l'apparition (ou l'accentuation) des rides "pattes d'oie" ;
  3. un léger abaissement des sourcils.
Ce léger abaissement des sourcils est l'élément le plus difficile à repérer et pourtant c'est le plus important. Parce que même dans le cas où un sourire n'est pas sincère, si la personne sourit très fort il y aura une remontée des pommettes et l'apparition des rides en pattes d'oie. Par contre, l'abaissement des sourcils ne se produit que lorsque les sourires sont sincères.

Timing

Il y a d'autres indices pour savoir si un sourire est sincère ou simulé, comme par exemple le timing, c'est à dire :
  • si le sourire arrive au moment approprié ou non, ou en léger décalage avec l'émotion censée être éprouvée,
  • si il dure trop longtemps, pas assez longtemps,
  • s'il apparaît trop lentement ou qu'il disparaît trop rapidement.
Mais là on entre dans le domaine de l'expertise, et il vous faudra beaucoup d'entraînement pour distinguer les vrais sourires des faux grâce à ces indices. Donc dans un premier temps je vous conseille de vous contenter des deux premiers dont j'ai parlé :
  1. la symétrie de l'expression sur le visage ;
  2. la contraction des muscles qui entourent les yeux.

dimanche 26 avril 2015

Comment booster votre confiance en soi et votre performance en situation à forts enjeux

Vous allez bientôt affronter une situation qui vous met sous pression ? Voici une technique qui vous aidera à gagner confiance en vous-même ainsi qu'à améliorer votre performance en situation stressante. Elle se révélera particulièrement efficace dans les situations à forts enjeux dans lesquelles vous avez le sentiment de manquer de contrôle. Par exemple :
  • un oral de concours ;
  • un entretien d'embauche ;
  • une conversation avec une personne qui vous plaît ;
  • une négociation commerciale ;
  • un match important.
Cette technique a été mise à l'épreuve et a démontré son succès dans une étude au cours de laquelle les sujets devaient réaliser des négociations (Kang et al., 2015).
La méthode est très simple et prend seulement cinq minutes. Il s'agit de penser (ou, encore mieux, d'écrire) à propos de choses dont vous savez qu'elles sont bonnes pour vous : votre famille, vos qualités, vos forces ou n'importe quoi/qui d'important pour vous.

Par exemple, juste avant un entretien d'évaluation annuel, un(e) employé(e) pourra écrire ou réfléchir à propos de ses meilleures compétences professionnelles.

Mais cela fonctionne même lorsque ce à quoi vous pensez (ou ce que vous écrivez) n'a rien à voir avec la situation à laquelle vous faites face.

Par exemple, même si vous êtes en train de passer un oral de concours, penser à votre famille ou à un souvenir d'une ancienne performance sportive marchera aussi bien que si vous pensez à la façon dont vous vous êtes sorti(e) de la situation d'oral de français au BAC.

A chaque fois que vous craignez de ne pas être à la hauteur, vous risquez de paniquer et/ou de vous dévaloriser, ce qui vous fait sombrer (cf. fusion cognitive). Cette technique d'auto-affirmation vous permettra de neutraliser ce risque.

Si cette technique vous semble trop floue, je vous propose ci-dessous deux variantes permettant d'atteindre le même objectif.

Variante n°1 : vos valeurs

Étape n°1 : qu'est-ce qui importe le plus à vos yeux ?
Jetez un coup d’œil à la liste de valeurs et caractéristiques personnelles ci-dessous. Choisissez celle qui est la plus importante à vos yeux, celle qui vous définit le mieux :
  • Votre famille
  • Être bon en sport
  • Le succès
  • L'art
  • L'environnement
  • Des amis proches
  • L'esprit de compétition
  • La créativité
  • Faire don de temps ou d'argent à d'autres
  • La sécurité économique
  • La distraction
  • Des biens de grande valeur
  • La vie de famille
  • Bien manger
  • Avoir des enfants heureux
  • La santé
  • L'honnêteté
  • L'indépendance
  • Influencer les autres
  • Les occupations intellectuelles
  • Le temps libre
  • Avoir belle allure
  • Un(e) partenaire aimant(e)
  • La stimulation mentale ou physique
  • L'argent
  • Le plaisir
  • Le militantisme politique
  • La prévisibilité des choses
  • La reconnaissance sociale
  • La détente
  • La prise de risques
  • La sécurité
  • Un travail satisfaisant
  • Faire preuve de gentillesse
  • La vie spirituelle
  • La variété

Étape n°2 : pourquoi est-ce important pour vous ?
Écrivez un paragraphe ou deux sur les raisons pour lesquelles cette caractéristique ou valeur est si importante pour vous.

De plus, vous pouvez également penser à un moment ou à un épisode de votre vie qui illustre ce choix.

Variante n°2 : l'inventaire des succès

Une bonne façon d’entretenir votre confiance en soi est de vous remémorer vos petites et vos grandes victoires. Le fait de repenser à ces victoires vous remettra dans le même état d’esprit que lorsque vous les avez vécues. Et cet état d’esprit sera bien évidemment positif.

C’est un excellent moyen pour rester enthousiaste et confiant(e). Je vous propose donc de réaliser l’inventaire de vos succès les plus importants de votre vie. Pour cela, divisez d'abord votre vie en trois laps de temps égaux (par exemple de 0 à 11 ans, de 11 ans à 22 ans et de 22 ans à 33 ans pour une personne ayant 33 ans).

Ensuite, remémorez-vous chacune de ces périodes de votre vie et identifiez vos 3 plus grands succès dans chacun de ces laps de temps (vous obtiendrez donc 9 succès au total). Cela peut être n’importe quoi, à condition qu’il s’agisse d’une victoire qui vous est personnelle, et que vous ayez ressenti de la fierté et du bonheur en l’obtenant.

Concrètement, si vous réalisez cet exercice sur une feuille, cela devrait ressembler à ça :

Période 1 : de _____ ans à _____ ans
  • Succès 1 :_________________________________________
  • Succès 2 :_________________________________________
  • Succès 3 :_________________________________________
Période 2 : de _____ ans à _____ ans
  • Succès 1 :_________________________________________
  • Succès 2 :_________________________________________
  • Succès 3 :_________________________________________
Période 3 : de _____ ans à _____ ans
  • Succès 1 :_________________________________________
  • Succès 2 :_________________________________________
  • Succès 3 :_________________________________________
Maintenant que vous avez utilisé ces techniques, vous devriez vous sentir un peu plus en confiance.

Sources