lundi 8 juillet 2013

Le chewing-gum est-il bon ou mauvais pour le cerveau ?

"Jetez vos chewing gums ! Je n'ai pas envie de faire cours à un troupeau de ruminants !"

Cette phrase, nous l'avons tous entendue au cours de notre scolarité. Et quand ce n'était pas les profs qui nous empêchaient de mâcher des chewing-gums, c'était le dentiste qui essayait de nous culpabiliser. "Ça va te faire des caries !"

Il est vrai que mâcher du chewing-gum comporte quelques inconvénients pour la santé. Du côté bucco-dentaire, en plus des fameuses caries, cela peut entraîner des troubles musculaires au niveau de la mâchoire.
Du côté du système digestif, certains pensent qu'il aiderait à maigrir alors que d'autres croient au contraire qu'il favoriserait les mauvaises habitudes alimentaires et donc l'obésité. De plus, le sorbitol contenu dans la plupart des chewing gums sans sucre entraîne des troubles digestifs s'il est consommé en trop grande quantité.

Pour en finir avec ses mauvais côtés, il faut savoir que le chewing-gum est un cauchemar pour l'environnement. Du fait de sa composition à base de polymères issus du pétrole, il n'est pas facilement biodégradable et s'accroche au bitume. Si bien qu'il pèse beaucoup sur la facture de nettoyage des grandes villes... et sur vos impôts.
Le chewing gum, mauvais pour le système digestif, pour l'environnement... et pour les cheveux

Mais quels sont les effets du chewing-gum sur le cerveau ?

Des chercheurs ont fait passer des tests de trente minutes mesurant l'attention et la rapidité de réaction à des gens mâchant du chewing-gum, tout en suivant leur activité cérébrale à l'aide d'un IRMf.

Les tests consistaient à appuyer à droite ou à gauche le plus rapidement possible en fonction de la direction des flèches apparaissant sur l'écran de la machine.

Les résultats sont sans appel. Les sujets de l'expérience mâchant du chewing-gum montraient des temps de réaction plus rapides d'environ 10% que ceux des sujets de la condition contrôle qui ne mâchaient pas de chewing-gum.


Cette expérience n'est pas la seule à avoir montré un effet boostant du chewing-gum sur les fonctions cognitives. Le professeur Andy Smith, de l'université de Cardiff, a réalisé plusieurs études explorant les effets du chewing-gum sur le cerveau.

Ses recherches lui ont permis de conclure que mâcher du chewing gum aide à se concentrer et entretient la mémoire.

Au point qu'il permet concrètement, par exemple, d'obtenir de meilleures notes lors d'un examen scolaire.
La prochaine fois, au lieu de tricher, mâchez un chewing gum !

En revanche, à ce jour personne ne sait avec certitude ce qui explique cet effet. Les hypothèses sont nombreuses :
  • il pourrait s'agir simplement d'un effet de réduction du stress dû à l'action de mâcher, un peu comme malaxer des balles anti-stress, qui permettrait au cerveau de mieux se concentrer ;
  • ou alors, comme le suggèrent les images obtenues grâce à l'IRMf dans l'expérience ci-dessus, mâcher du chewing-gum activerait les zones cérébrales impliquées dans l'attention (via l'augmentation du niveau d'insuline dans le sang et/ou une stimulation du nerf trijumeau) ;
  • enfin, une autre explication propose que le fait de mâcher entraîne une augmentation du rythme cardiaque et ainsi une meilleure oxygénation du cerveau ainsi qu'un meilleur apport en énergie.
Et vous qu'en pensez-vous ? Avez-vous déjà remarqué cet effet du chewing-gum sur vos performances ?

Cet article vous a plu ?
Recevez les prochains articles directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à la newsletter de ce blog. Pour cela, entrez simplement votre adresse e-mail dans le formulaire ci-dessous :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire